Yves Simon, Ancien député de l'Allier

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Actualité / Blog Actualité nationale Principaux articles de février 2019 du 1er au 28

Principaux articles de février 2019 du 1er au 28

Imprimer PDF
Tumulte, crainte et espoir… (article que j'ai signé dans l'Aurore du bourbonnais)
Taux de croissance de l’économie française insuffisant, CSG accrue pour de faibles retraites, suppression de la taxe d’habitation avec promesse de compensation à trouver, hausse des carburants pour se rendre à son travail, allongement des temps de transport avec le 80km/h., engagements environnementaux pris lors des différentes COP mais sans moyens financiers disponibles, loi de transition énergétique difficile à mettre en œuvre dans une période de vaches maigres, hausse détournée de la fiscalité dite de transition énergétique, stigmatisation des élus… Ce cocktail impressionnant a été mis en œuvre en quelques mois. Le malaise silencieux s’est engouffré dans la brèche ouverte par l’affaire Benalla. La boule de cristal a perdu de son éclat et tout devient compliqué pour Jupiter! Fallait-il laisser croire aux français qu’il suffisait de changer le monde politique expérimenté par des élus sans expérience exposé à la puissance publique ? Peut-on exercer un mandat de parlementaire ou de Ministre sans connaitre le monde du travail, sans avoir travaillé pendant 10 ans ? L’ENA ou/et Sciences PO ne donnent pas le droit de gouverner d’office!  
Un certain nombre d’élus d’expérience ont tiré la sonnette d’alarme sur les situations de désespoir rencontrées sur le terrain depuis plusieurs mois. Le dégagisme de 2017 promu par les médias n’a pas boosté l’économie française contrairement aux certitudes divulguées. Chômage, déficits publics, balance du commerce extérieur très déficitaire… caractérisent dorénavant notre Nation. Le mal est profond et empire d’années en années. Les comptes de la Nation sont établis avec des taux de croissance trop optimistes de manière à réduire le déficit prévisionnel. Pour 2018, la progression de la croissance française sera de l’ordre de 1,5% loin des 1,8% prévus (-20%). Dans ces conditions, il faut trouver des euros pour boucher les trous budgétaires. Pour le gouvernement, la solution employée est le recours aux taxes en tout genre sans la mise en œuvre de réels plans d’économie de la dépense publique. Vu de Paris, l’usager/contribuable et les retraités peuvent payer et se taire. Mais un jour, la peur de ne plus pouvoir payer saisit une majorité de Français solidaire des Gilets jaunes sans pour cela cautionner les violences.
Face à une situation complexe, insurrectionnelle où se côtoient des personnes venues d’horizons très différents, la Présidence de la République souhaite reprendre la main en instaurant un grand débat. La fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté sont les 4 sujets choisis par le Président pour débattre. La création de richesses est évoquée dans le courrier de la Présidence mais aucun débat n’est envisagé, c’est bien dommage. Sans richesses nouvelles, l'appauvrissement des français se généralisera par l'accroissement des prélèvements! Promettre OUI mais à crédit NON ! Un passage de la lettre m’a choqué. Le nombre de parlementaires est traité en monnaie d’échange de futures et hypothétiques négociations. Renforce-t-on la démocratie en limitant le nombre de parlementaires dans un pays où la population continue de croitre ?
Faut-il participer au grand débat qui est prévu jusqu’à la mi-mars ? Chacun est libre et toute suggestion ou proposition est intéressante. Pour ma part, il me semble nécessaire de partager des constats avant de modifier l’existant. Par ailleurs, un principe cher aux parlementaires « toute dépense nouvelle doit être couverte par une recette existante » mériterait d’être introduit dans le grand débat. Enfin, notre Pays ne peut pas accroitre ses prélèvements obligatoires et son endettement, il faut donc faire des propositions réalistes sur la baisse des dépenses publiques en précisant : Où, Quand, Comment!
Si ces principes sont respectés, le grand débat servira l’évolution de notre société. Sinon, il est à craindre beaucoup de désillusions et de multiples incertitudes. Vaclav Havel disait: « Avoir l'espoir ce n'est pas forcément croire que les choses vont se produire bien, c'est croire que les choses auront du sens ».
 
 6500 milliards d'euros : le vrai montant de la dette française.  En apparence, la dette française  atteindra  98,7 % du PIB cette année, soit 2290 milliards d’euros. Ce chiffre officiel cache en fait un véritable trou noir, qui n’apparaît pas directement dans les comptes de l’État : les engagements hors bilan. Or ceux-ci atteignent aujourd’hui plus de 4200 milliards l’an dernier, soit une dette totale dépassant les 6500 milliards d’euros.
Le problème, c’est que les engagements hors-bilan sont peu contrôlés par les parlementaires (la Cour des comptes s’en était elle-même émue il y a quelques années), et sont donc devenus un véritable fourre-tout, où les gouvernements successifs ont entassé les sommes qu’ils anticipaient devoir payer un jour mais sur lesquelles ils préféraient ne pas trop communiquer. On y trouve ainsi, pêle-mêle, le financement du régime de retraite de la SNCF (173 milliards à lui tout seul, près de cinq fois la dette de SNCF Réseau reprise par l’État fin mai), les droits de tirage du FMI (41 milliards d’euros), la garantie apportée à la banque Dexia lorsque celle-ci a manqué de faire faillite en 2011 (30 milliards), le financement du handicap (33 milliards), les aides au logement (163 milliards), etc. 
Le résultat, c’est que le total de ces engagements a littéralement explosé, passant de 1000 milliards il y a douze ans à plus de 4000 aujourd’hui. Le tout dans la plus grande discrétion. (Extrait article de Valeurs)

Ainsi, il est facile de comprendre que Macron et le grand débat sont des leurres médiatiques. La France s’est intoxiquée en s’endettant sur ses dépenses de fonctionnement. Elle vit dans le mensonge permanent en n’assumant pas, au jour le jour, ses dépenses et en les transférant aux générations futures.

Le même leurre concerne le chômage. Les chiffres du chômage seraient en baisse en catégorie A mais augmentent dans les autres catégories et surtout ils baissent avec les sorties RSA et la misère.

La France a besoin de créateurs de richesses et NON de distributeurs de dettes!

Comme pour nous faire avaler une nouvelle pilule « d’extase », les chiffres de la croissance de l’OCDE sont affichés mais ils sont mauvais 1,8%. La France ne sera qu’à 1,5% en 2018 et les orientations futures sont à la baisse. À moins de 2% de croissance, de vrais emplois sont supprimés!
 
 
 Inepties journalistiques en série ce matin sur Europe 1
- Rapport de la cour des comptes, on s’en fout: signe Apathie. Cher Monsieur au salaire mensuel de 20000€ (5 députés), il faudrait donner le pouvoir à la cour des comptes d’agir et pas simplement de constater l’effondrement de la Nation FRANCE. 25% du budget seront empruntés par les français en 2019. On creuse notre tombe!
- les banques, les autoroutes.... sont les entreprises qui paient le plus d’impôts en Franc, OUI mon Cher de Tarlé fils d’Antoine et mari d’une journaliste. Mais si Danone paie moins d’impôts en France ce n’est pas parce qu’il exporte plus c’est parce qu’il a installé des filiales dans des pays moins taxés (à l'exemple des GAFA). Ceci n’empêche pas Danone de distribuer sur le compte des agriculteurs des salaires à plus de 450000€/an (patron Danone Ps Riboud et ministre centriste bénéficiaire venue à Lénax). 
- La fameuse association qui dénonce les abattoirs français et qui perçoit 1100000€ d’une officine américaine qui souhaite l’importation de viandes américaines javellisées, c’est un scandale et Europe 1 en fait la promo! C’est bien bobo mon Cher Aliagas mais restez donc dans le people show et cessez d’être l’assassin de la ruralité française...
Comme me le dit une amie qui se reconnaîtra: « Arrêtes d’écouter Europe 1, ce n’est pas bon pour ta santé ». Mais je lui réponds: «  Nous devrions tous réagir car l’intox journalistique ronge les fondements de notre société et nous prépare le Néant!
N’hésitez pas à partager, il y en a marre des bourrages de crânes et des irresponsables médiatiques.
 
 
L'Allier numérique souffre de l'accord Souchon/Orange! Dans la Loire plus de 100000 foyers sont raccordables. En Auvergne et pour les 4 départements cumulés seulement 100000 foyers raccordables!!!
En Bocage rouge, la majorité préfère les crèches et les Relais de services publics à la Couverture numérique histoire de faire fuir les jeunes.
Les intercommunalités de la Loire ont apporté 90 millions pour fibrer leur territoire de plus en plus attractif!
 
 
Sur Europe 1, un journaliste économique au langage trompeur reprend une étude allemande qui indique que la France aurait été un des 2 pays le plus pénalisés par le choix de l'Euro. Il en profite pour critiquer nos entreprises. 
Notre moindre compétitivité est principalement liée à nos charges fiscales et sociales décidées par des gouvernements peu visionnaires et attirés par des promesses dangereuses. 
Le tout gratuit se paie un jour et se retourne contre nous. Ce cher journaliste fait l'éloge des dévaluations ou comment rémunérer les français en monnaie de singe!
 
 
 
 
 
 
Commentaires
Ajouter un nouveau
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
 

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Partageons l'info !

 Vous trouvez un article intéressant ? N'hésitez pas à le diffuser grâce aux icones placées en haut de chaque article:
Imprimer
pour imprimer
PDF
pour télécharger en PDF

Le Chêne



Mentions légales   I  Accés privé  I Firefox recommandé