Yves Simon, Ancien député de l'Allier

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Actualité / Blog Actualité nationale Retraite: entre certitudes et incertitudes

Retraite: entre certitudes et incertitudes

Imprimer PDF
L’entrée au gouvernement de JP Delevoye est-elle un nouveau piège de la macronie? J’ai beaucoup apprécié cet homme politique quand il fut président de l’association des Maires de France et ministre. Depuis, son parcours est un déroulé de carrière plus personnel: président désigné du Conseil économique et social par la droite, macronien contre son camp politique. 
Aujourd’hui, il est l’otage de Macron comme d’autres le sont à Bercy ou ailleurs. Il fait partie de cette droite qui s’assoie pour partager une part du gâteau. 
Je ne suis pas sûr que JP Delevoye soit totalement convaincu par le type de réforme voulue par Bayrou et Macron. D’ailleurs, il a menacé de quitter sa mission avant d’être piégé par sa nouvelle nomination en qualité de Ministre de la macronie, ce type de nomination qui vous rend prisonnier car vos anciens amis se sentent trahis.
Pourtant, la France a besoin d’une vraie réforme de son système de retraite car les français s’arc-boutent sur des soi-disants acquis sociaux qu’ils ont de plus en plus de mal à financer. Les retraites ne sont financées ni par l’Etat, ni par le gouvernement mais bien par le travail des actifs de moins en moins nombreux proportionnellement. 
De plus les recettes sociales sont soumises à l’évasion (GAFA en particulier ..) Pour maintenir son régime de retraite utopique, les prélèvements obligatoires battent tous les records en FRANCE que ce soit au niveau des salariés, des retraités, des entreprises... Nous perdons de la compétitivité économique et nous explosons notre dette publique pour que l’Etat (c’est nous) finisse ses fins de mois.
La science, notre médecine, nos agriculteurs... nous permettent de vivre plus longtemps et l’espérance de vie ne cesse de progresser augmentant ainsi le nombre de retraités.
Tout le monde progressiste est d’accord sur le constat mais là comme ailleurs les français refusent d’affronter la VÉRITÉ.
Alors et après le cataclysme d’une gauche irresponsable en 1981 (abaissement de l’âge de la retraite pour se faire élire), des réformes sont engagées depuis 1993 mais à vitesse d’escargots. 
Delevoye veut transporter l’escargot sur un autre chemin où l’herbe serait plus verte mais les financeurs ne changent pas. Le principe macronien (retraite à point) pourrait changer mais dans combien d’années et la maison brûle (allusion au propos de J.Chirac). 
Le temps perdu accentue les difficultés. Pourquoi la France refuse-telle de regarder la vérité: le mauvais équilibre entre effectifs d’actifs et de retraités? 
Une vraie réforme doit améliorer la situation et la rende pérenne. Nous gaspillons des milliards pour des peurs souvent imaginaires et nous sommes incapables de faire comprendre que la réforme des retraites s’adresse au porte monnaie des français : un juste équilibre entre cotisations sociales des actifs et retraites décentes!
Commentaires
Ajouter un nouveau
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
 

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Partageons l'info !

 Vous trouvez un article intéressant ? N'hésitez pas à le diffuser grâce aux icones placées en haut de chaque article:
Imprimer
pour imprimer
PDF
pour télécharger en PDF

Le Chêne



Mentions légales   I  Accés privé  I Firefox recommandé