Yves Simon, Ancien député de l'Allier

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Actualité / Blog

Une actu chargée...

Imprimer PDF

Elections Américaines

Depuis des mois, nos médias nous ont plongé dans la campagne des présidentielles américaines. Seule, la crise financière et économique a fait la "une" durant quelques semaines devant les candidatures d'OBAMA et de McCAIN. Le suspens du résultat était faible et les sondages ne se sont pas trompés. Le succès d'OBAMA rejouit un très grand nombre de personnes et de dirigeants. Pour la démocratie, ce résultat est très encourageant. D'une part, le candidat est jeune et brillant et d'autre part, il souhaite modifier profondemment le fonctionnement interne des USA. Le challenge sera difficile car la crise économique est là et les marges de manoeuvre sont très faibles. Les USA vont-ils adopter une politique plus sociale qui charge les prix de revient et pénalise la concurrence? Un seul homme ne fait pas le printemps. On a vite oublié LOUNA (Président brésilien) qui devait défendre les paysans sans terre et qui, aujourd'hui, soutient les multinationales brésiliennes qui investissent l'Europe. Bonne chance à OBAMA, mais surtout, ne brûlons pas dès demain celui qui apparait comme un sauveur du modèle occidental.

Sommet Européen à Vichy     

Plus modestement, VICHY a accueilli les 27 pays européens pour un sommet sur la mise en harmonie des politiques d'intégration. La présidence française de l'Union européenne a fait progresser le débat et les mentalités. Il ne s'agit pas d'interdire le sol européen, il s'agit simplement de fixer des règles communes et d'éviter chaque années des centaines de morts inutiles sur les canaux du désespoir. Brice HORTEFEU sort grandi de ce sommet et de nouvelles perspectives ministérielles s'ouvrent à lui. Dommage, que des casseurs, soutenus par des politiques adeptes de la récupération, soient venus troubler un congrès qui montre les atouts de l'Allier et de l'Auvergne. Serions-nous condamnés à la médiocrité? 

Motions, suite...   

A la rubrique motion, deux nouvelles idées: une sur la diminution des subventions aux associations de gauche et l'autre sur les retards des travaux RN7. Le Président et le Vice-président du Conseil général reconnaissent que le Cabinet du Ministre Dominique BUSSEREAU ne les a pas beaucoup entendu, enfin une vérité et une triste réalité pour les représentants de l'Allier!!!

 

Politique agricole en Allier, des questions!

Imprimer PDF

Dans un des journeaux agricoles de l'Allier de la semaine 44, sont exposés les difficultés subies par les éleveurs et, sur la page opposée, les orientations de la politique agricole du Conseil général. Faut-il faire un rapprochement entre les 2 articles? Normalement, le Conseil général devrait proposer des réponses appropriées à la situation actuelle et future. Mais à analyser de près, les orientations politiques du département semblent ignorer la réalité économique.

Certes, le Conseil général n'a ni la compétence, ni les moyens de subvenir aux difficultés conjoncturelles des éleveurs. Toutefois, il peut mettre en oeuvre des actions structurelles destinées à préfigurer l'avenir.

Parmi les interrogations posées par les orientations du plan départemental figurent: le soutien à l'appui technico-économique (pour quel organisme?), le Xème soutien pour l'agriculture Bio (pour quel consommateur? pour quel porte monnaie?), la diversification et les circuits courts de distribution (pour quelle performance économique en terme d'emplois?), le soutien à l'installation de néo-agricoles (existe-il suffisamment de terres en attente d'installation?), le soutien aux groupements d'employeurs (une bonne ancienne action!)...  Toutes ces orientations seront soumises à un comité de pilotage, à des groupes de travail... Le Conseil général gagne-t-il du temps ou pratique-t-il l'effet d'annonces?

Pendant ce temps là, les éleveurs doivent faire face au doublement du prix des engrais, à la majoration du prix des aliments (malgré une baisse des céréales!), aux frais et pertes de la FCO et à une conjoncture difficile.

L'agriculture de nos régions est constituée de diversité de productions, de territoires et elle présente des besoins importants en main d'oeuvre. Plusieurs productions utilisent des niches économiques, faut-il les multiplier les productions (bio, labels...) sans risquer de mettre ces niches en difficulté? La diversité des territoires implique des productions adaptées. Les axes forts d'une politique départementale devraient s'inscrire dans le soutien à des investissements porteurs d'économie de temps, de charges et de matières. Les aides à l'investissement devraient être accompagnées de soutiens significatifs à la promotion et à la communication. 

La situation de la production ovine reflète la réalité de l'économie agricole française: l'agneau français est le plus cher au monde et les éleveurs ovins français sont ceux qui dégagent les plus faibles marges! Cette situation paradoxale possède une explication: les charges prélevées dans notre pays sont les plus élevées d'Europe.

Les exigences européennes dans les domaines sociaux, sanitaires et environnementaux devraient se traduire par des hausses de prix à la production. Il n'en est rien et la soustraction s'opère, la plupart du temps, sur le dos du producteur. Les médias portent un discours sur le "toujours plus" de réglementation et dans le même temps ils critiquent les hausses de prix des matières agricoles!

L'appel à la conscience collective pourrait, peut-être, faire l'objet d'une motion !!!!!

 

 

Pétition....Manipulation?

Imprimer PDF

Le Conseil d'administration du Comité Départemental du Tourisme, interrompu pour tenir une tribune politique, a-t-il été victime d'une manipulation? Dès le lendemain du CA du CDT, le conseiller parlementaire du Ministre de la santé a confirmé que le Ministre s'opposerait à l'amendement du député BUR portant sur la baisse des remboursements des cures thermales. Hier en séance de nuit (30 octobre 2008), la majorité de l'Assemblée nationale et le gouvernement ont obtenu le retrait du texte comme prévu. Le CA du CDT devra-t-il se réunir pour voter une motion à chaque amendement voté par les commissions du Sénat ou de l'Assemblée Nationale? Faut-il en rire ou s'inquiéter de la politisation qui risque de gangréner les relations en Allier?

Les maires du département de l'Allier, après avoir reçu une lettre émouvante du Président du Conseil Général sur le risque de disparition des départements (campagne parfaitement orchestrée), viennent de recevoir des affiches et modèles de pétition (en rouge et blanc sans arrière pensée!) pour s'opposer à la disparition des départements. Mais l'avis d'une des commissions du parlement a echappé aux concepteurs des pétitions du Conseil général. En effet, un amendement sur la supposée disparition des départements a été rejeté à l'unanimité! Les maires de l'Allier sont-ils victimes d'une manipulation?

Tout le monde s'interroge sur l'objet de la prochaine pétition!

 

Ce Blog semble déranger les partisans de la pensée unique

Imprimer PDF

L'échange d'idées, la critique politique et l'information non trouvée dans les médias sont à l'origine de ce blog qui connait un succès grandissant et évidemment il dérange. Les attaques personnelles seront retirées du blog, elles sont un aveu de faiblesse.

Ceux qui ne cessent d'augmenter l'impôt des contibuables de l'Allier ont du mal à comprendre que la bonne gestion ne signifie pas un recours systématique à l'accroissement des impôts: taxe d'habitation, foncier bâti, foncier non bâti et taxe professionnelle.

En Allier, la gauche régionale et départementale augmente les impôts, dès qu'elle est au pouvoir, et elle ose défendre le pouvoir d'achat des citoyens! Le contribuable prend l'argent où pour payer ses impôts?

Ceux qui ont fait exploser les dépenses en personnel du Conseil général, oublient que la dépense est durable et qu'elle existe toujours en 2008, en 2009... Les mêmes font mine d'ignorer que les dépenses de l'APA, instaurée par la gauche, ont déséquilibré les comptes des départements (perte d'autofinancement des investissements, recours à l'emprunt..).

 La modification constitutionnelle de 2003 interdit dorénavant le transfert de charges aux départements sans une compensation à l'euros près; aux départements de ne pas en profiter pour embaucher plus de personnel! 

 

Politisation au Comité du tourisme...

Imprimer PDF

Un amendement portant sur la réduction du remboursement des cures thermales a été voté à l'unanimité par la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale.  M. BUR, député de l'est de la France, est l'auteur de ce texte. Ce parlementaire, habitué des médias, se manifeste par des amendements qui ont souvent créé la polémique.

Lors du Conseil d'administration du CDT de l'Allier du 23 octobre, le président  communiste a profité de cette instance pour inviter les médias. Des déclarations peu fondées ont été faites: le gouvernement n'a formulé aucun avis, les ministres ne siègent pas en commission. D'ailleurs, il est regrettable que le député de l'Allier, membre de cette commission garde le silence! Etait-il présent?

J'ai vivement réagi car un Conseil d'administration d'une association, fût-elle départementale, ne doit pas servir de tribune politique. Cette première peut en amener d'autres, le PC est un habitué des motions; une motion a d'ailleurs été votée à la demande du Président. Je n'ai pas pris part au vote étant opposé à la politisation du Comité Départemental du Tourisme.

Bien évidemment, je suis opposé à la baisse du remboursement des cures thermales. Dès hier, j'ai contacté Pierre Bachelot, attaché parlementaire du Ministre de la santé, et lui ai fait part de mon désaccord.

 

Le PS dans la tourmente

Imprimer PDF

Certains dirigeants socialistes en veulent-ils à DSK? Le président du FMI pratique-t-il le mensonge comme il l'a beaucoup fait en France? Ses ambitions pour 2012 sont-elles affichées? A 480 000€ de salaire par an, DSK gagne l'équivalent de 480 SMIC par an soit 40 ans de vie active !!! Pourquoi se priverait-il?

Le congrès du PS à REIMS sera truffé de motions et les appétits des courants sont aiguisés. Les inimitiés se développent et les accusations de tricheries pour les votes se multiplient! Ségolène a-t-elle bénéficié d'urnes remplies? Au pays des donneurs de leçons on s'interroge? Les 3 plus grosses Fédérations du PS sont montrées du doigt!

Dans tout cela, où est l'intérêt de la France? La LCR a de beaux jours devant elle et l'économie de notre pays attendra!!! 

 

Créer un club de réflexion pour préparer l'avenir

Imprimer PDF

Ce blog de positions et d'échanges rencontre un vif succès et nombreux sont les témoignages de soutien. Fort de cette constatation, il semble intéressant d'organiser des réunions. Dans l'esprit des clubs réalités et perspectives, la reconquête de l'Allier passe par l'arrivée de nouveaux décideurs.

Aux discours de promesses et de démagogie, il faut répondre par l'analyse des réalités et par des perspectives de développement. Il conviendra de faire témoigner des acteurs privés et publics qui réussissent en Allier, de découvrir des métiers en analysant leurs points forts et leurs points faibles, d'inviter des décideurs nationaux pour répondre aux problématiques locales... En un mot, il faudra éviter de se gargariser de discours politiques et poser les vrais enjeux pour dessiner l'avenir du département.

Dans la même logique, il faut prévoir les échéances à venir et soutenir les représentants les plus compétants et travailleurs. Dans ce sens, il faut cesser de prévoir 3 semaines à l'avance les échéances électorales, mal récurrent de la droite bourbonnaise.

Si cette perspective vous intéresse, n'hésitez pas à nous le faire savoir à l'aide de ce blog. Joignez-vous à cette initiative pour faire en sorte que notre département ne conjugue plus son avenir avec des thèses des XIXème et début du XXème siècles.

 

Le bon docteur Pelloux au chevet des Maires Ruraux!!!

Imprimer PDF

Les rangs du congrès national des Maires ruraux, qui s'est tenu à Bourbon l'Archambault le week end dernier, étaient bien clairesemés. En effet, un congrès national aurait dû réunir un nombre important de participants compte tenu de la présence du bon docteur PELLOUX, porte-parole du parti socialiste.

Selon les propos relevés par la presse, Monsieur PELLOUX considère que les difficultés de démographie médicale en milieu rural ont pour principal responsable les choix politiques. Effectivement, il peut considérer que l'abaissement du numérus closus, décidé sous le Gouvernement Jospin, est en partie responsable de la situation actuelle quand on sait qu'une formation de médecin dure une dizaine d'années en moyenne.

Plus sérieusement, il semble que la France doit s'interroger sur le nombre de spécialistes qu'elle forme et sur son manque de généralistes. Un prochain débat parlementaire devrait mettre en évidence cette situation.

Sans le dire très clairement, Monsieur PELLOUX laisse supposer que la médecine de papa est terminée et que les nouveaux praticiens aspirent à d'autres horizons que ceux offerts par nos campagnes. Les maisons de soins permettront-elles l'arrivée de nouveaux médecins ou représenteront-elles de lourdes charges pour les collectivités? Sans garantie de présence médicale pérenne, les élus risquent d'aménager des maisons de soins et de constater l'absence de candidats. L'engagement de dépenses publiques doit s'accompagner d'un engagement des professions médicales.

Au sujet de la réforme des hopitaux et des difficultés de gestion, Monsieur PELLOUX ignore les dégâts des 35h et il est allergique à toutes évolutions. Un tel diagnostic relève de l'immobilisme historique du PS. Bien sûr et en bon démagogue, Monsieur PELLOUX évoque les millions trouvés pour sauver l'épargne des français et le système des soins américains très éloigné de la réalité française.

La langue de bois continue d'exister et les Maires ruraux de l'Allier présents ont pu être impressionnés par le côté médiatique de l'intervenant mais ils cherchent toujours les solutions pour enrayer la désertification médicale de leur territoire.

 

Crise: comprendre les garanties de l'Etat

Imprimer PDF

La gauche et les médias laissent supposer que l'Etat français n'a aucune difficulté pour soutenir les banques et qu'il ne veut pas assurer le financement du RSA et des retraites... Dans le premier cas, il serait facile de trouver 370 milliards d'euros et dans les 2 autres cas il est difficile de trouver quelques milliards!

Simplement, les garanties ne sont pas apporter en argent liquide. Par exemple, les communes de l'Allier et le Conseil général garantissent les emprunts pour la construction de logements sociaux. Ni le Conseil général, ni la plupart des communes ne seraient à même de libérer immédiatement les sommes garanties.

Par contre pour le RSA et les retraites, il faut assurer des recettes financières égales aux dépenses et ceci pour chaque année à venir. N'oublions pas que nos retraites sont payées par les actifs et qu'à toute augmentation de dépense doit correspondre une ressource supplémentaire.

En garantissant le système bancaire français, l'Etat garantit chacun d'entre nous que ce soit pour les comptes bancaires, pour le financement des entreprises ou des collectivités et il garantit ainsi la perennité des emplois.

 

Suite des débats du Conseil Général... ou comment justifier + 9% d'impôts!

Imprimer PDF

Pour tenter de justifier l'augmentation de 9% des impôts des bourbonnais en 2009 et pour les années à venir, les hausses sont durables, le Président du Conseil Général utilise les vieilles méthodes : faute des prédécesseurs et désengagement de l'Etat. La majorité communiste/socialiste est aux manettes et elle doit assumer la responsabilité de l'explosion des impôts des bourbonnais comme en Région Auvergne! Sinon, il conviendrait de s'interroger sur ses capacités à gouverner!

L'opposition semble bien timorée et peu nombreuse. Elle aurait pu rappeler à la gauche que le doublement des emplois entre 1998 et 2001 a représenté une charge durable entre 2001 et 2007, charge accrue par les 35 heures.

Par ailleurs, la mise en oeuvre de l'APA, décidée par un gouvernement de gauche, n'a pas été compensée à l'euro près. Il a fallu prélever sur l'autofinancement pour payer l'APA qui est une dépense de fonctionnement et qui ne peut pas être payée par l'emprunt.

La conséquence directe a donc été une baisse de l'autofinancement des investissements lourds (collèges de Varennes, Dompierre... des routes...) et un recours plus important aux emprunts. L'actuelle majorité, qui veut dépenser plus, va donc alourdir la charge des usagers et peser sur les charges des entreprises et pénaliser leurs salariés. Pour faire face à la concurrence, les entreprises bourbonnaises surtaxées doivent donc se débrouiller! 

Les éleveurs devront attendre décembre 2008 pour connaître les mesures destinées à soutenir les élevages touchés par la fièvre catarrhale! Espérons qu'ils n'auront pas les mêmes désillusions qu'en décembre 2000 lors la 2ème crise de l'ESB!!

 

A vos portes-monnaies!!!

Imprimer PDF

La session d'automne du Conseil Général a débuté le 14 octobre 2008 par une mauvaise nouvelle!!! Le 1er budget de la majorité  communiste/socialiste se traduira par une augmentation de 9% à 12% des impôts des usagers et des entreprises. Il faut rappeler que l'inflation française 2008 sera de l'ordre de 3%.

Sous prétexte de RMI  et d'APA non compensés (mesures de gauche), la majorité de mars 2008 s'en prend au pouvoir d'achat des Bourbonnais en le surtaxant. Avec plus d'impôts prélevés, le Président du Conseil général pourra se vanter de développer son action. La gauche arrive, les dépenses de fonctionnement explosent.

Tiens, tiens, on retrouve la réalité de la gestion communiste/socialiste pratiquée entre 1998 et 2001. Durant cette période, la masse salariale de Conseil général a doublé et l'APA a été mise en place sans les crédits d'Etat promis par le gouvernement Jospin. Sans la journée de solidarité et les aides d'Etat qui ont suivi, les dépenses de l'APA se seraient traduites par une augmentation de 18,5% des impôts du département de l'Allier!!!

Entre 1998 et 2001, les subventions départementales, non économiques, ont triplé. La même tendance politique produisant les mêmes effets, les premières subventions, indiquées dans la presse, s'adressent à des associations "amies"!!!

A l'heure d'une crise économique très grave et de perspectives mondiales 2009 très inquiétantes, on peut s'étonner de l'intérêt des débats de l'Assemblée Départementale: changement de rêvetement mural du bureau du Président, accroissement des moyens d'un groupe minoritaire... La division à gauche (2 groupes et 2 non inscrits) et des risques d'éclatement à droite sont très éloignés des préoccupations des acteurs économiques privés et publics de l'Allier.

Dans ces conditions, la Haute fonction publique d'Etat Parisienne peut inciter les Ministres à s'interroger sur le bien fondé des Conseils généraux?

 

 

 

 


Page 214 de 215

Partageons l'info !

 Vous trouvez un article intéressant ? N'hésitez pas à le diffuser grâce aux icones placées en haut de chaque article:
Imprimer
pour imprimer
PDF
pour télécharger en PDF

Le Chêne



Mentions légales   I  Accés privé  I Firefox recommandé